Pourquoi j’aime être seule

En tant qu’introvertie, il m’en faut peu pour être heureuse. Donnez moi des livres et une connexion internet et c’est bon. Haha.

Je passe souvent pour une sauvage parce je ne me sens pas obligée d’être sociable si je n’en ressens pas l’envie. Et je ne ressens ni le besoin de me conformer aux règles ni celui de faire plaisir aux gens ou d’être aimée par les autres. Je m’en fous à un tel point que cela en est indécent.

Ce n’est pas toujours flagrant de comprendre ma nature étant donné que je ne suis pas timide, que j’ai une facilité à nouer de nouvelles relations et que je peux me comporter de façon vraiment extravertie avec les gens que j’apprécie.

Cependant, en dépit de cette facilité à m’intégrer à un groupe, je reste une solitaire qui va avoir zéro scrupule à à m’en défaire lorsque je serai confrontée à choisir entre mes envies perso et celui du groupe.

Un truc simple : si avec mes copines on planifie d’aller au cinéma et qu’elles tergiversent à se décider, je suis capable d’y aller toute seule, de kiffer ma life et de revenir leur spoiler le film dans la foulée.

Avant, cette partie de moi m’inquiétait, mais j’ai fini par comprendre qu’elle a toujours été une qualité et une force. Aujourd’hui je respecte cet aspect de moi et je n’essaie plus de faire comme si je n’aimais pas ce que je suis.

D’ailleurs je vais vous expliquer les 3 principales raisons pour lesquelles ce n’est pas demain la veille que ça va changer.

1- Être seul(e) permet d’être à l’écoute de soi

J’aime être seule parce que la solitude me donne accès à un monde fascinant, complexe et magique dont je ne me lasse pas : mon monde intérieur.

Et si la compagnie des autres ne m’apporte pas autant de fascination que celle que j’éprouve pour mon monde intérieur, j’ai tendance à vite m’en lasser. 

Avoir l’habitude d’être seule permet non seulement d’aller à l’intérieur de soi-même et de découvrir ce qui nous anime réellement, mais aide aussi à se concentrer sur ce qui fait sens pour nous.

Quand je fais fi de ce qui se passe en moi, je prends des décisions qui m’éloignent de mes aspirations les plus profondes. Cependant, lorsque je m’écoute et que je me fais confiance, mes décisions sont toujours celles dont j’avais besoin au moment où je les ai prises.

Être seul(e) par choix nous pousse aussi à nous voir tel(le) que l’on est, sans fards, et met en lumière nos défauts et ces parts d’ombre que nous cachons aux autres et parfois à nous-même par peur d’être rejeté(e) ou exclu(e) du groupe. Sauf que ces parts d’ombres peuvent être bénéfiques lorsqu’on les connait et qu’on sait s’en servir.

Passer du temps avec moi-même m’a permis de devenir pote avec mon côté obscur, de comprendre ce qui le déclenche ou l’énerve, et de le laisser m’aider quand il faut. 

2- Les moments de solitude sont des cadeaux qu’on se fait à soi-même

Lorsque je suis seule, je peux être moi sans personne pour projeter sur moi ses attentes de ce qu’il ou elle aimerait que je sois. Je suis aussi la seule dont l’avis compte.

J’ai la chance d’avoir des passions qui ne nécessitent pas la présence d’autrui. J’aime ces moments que je peux passer à lire, chanter, surfer, jouer, marcher, explorer, méditer, réfléchir, écrire, imaginer, créer, danser, etc sans que personne ne vienne interrompre le cours ou l’absence de mes pensées.

J’ai aussi besoin de ces moments avec moi-même pour analyser mes propres actions et identifier ce qui mérite d’être amélioré. J’ai besoin de comparer mes expériences, me remettre en question, prendre du recul pour déconstruire mes visions du monde et voir les choses sous un autre angle.

Ces moments boostent aussi ma créativité car ce sont des moments de grâce dans lesquels je suis en phase avec moi-même. Je peux donc y avancer et effectuer à mon propre rythme les choses que j’ai envie de faire ou de ne pas faire. 

3- La solitude permet d’avoir de meilleures relations avec les autres

Ce n’est pas parce que j’aime être seule que je suis tout le temps seule.

J’aime beaucoup ma solitude, mais j’aime aussi les gens. Eh oui, on peut aimer être seule sans être misanthrope.

Il y a d’ailleurs des personnes exceptionnelles dans ma vie qui arrivent à me faire oublier plus longtemps que d’habitude le fait que je préfère être seule. Ou avec qui je peux être seule tout en étant avec eux. Ceux là, je les trouve fascinants. Coucou JC, coucou Grâce.

Si je n’arrive pas à complètement oublier que je préfère être seule, c’est parce que j’ai vraiment besoin à un moment d’être seule pour faire le plein d’énergie que je perds en compagnie des autres.

Cela n’a rien de personnel et ne signifie pas que je ne les aime pas. C’est juste vital. Sinon je passe du stade de minion jaune à un minion violet. Et ce n’est pas joli à voir.

Selon les personnes, mon réservoir d’énergie va se vider plus lentement ou plus rapidement. Il y a certain(e)s, rien que la pensée de passer du temps avec eux me fatigue à l’avance.

C’est donc en faisant attention à ces signaux que j’arrive à déterminer si une personne peut faire partie de ma vie ou pas. Mon introversion est comme un filtre par lequel passent les personnes que la vie met sur mon chemin. Il me permet donc de faire de meilleurs choix quand il s’agit de personnes que je laisse entrer, mais surtout de ceux qui peuvent rester dans ma vie. 

Je ne vais pas trainer avec quelqu’un si je me fais chier en sa compagnie ; je ne suis pas non plus disposée à faire tout et n’importe quoi pour garder quelqu’un dans ma vie, surtout si cette personne ne m’apporte rien de bon.

Et puis souvent, les gens qui ne pompent pas mon énergie sont ceux qui vont avoir le plus de facilité à m’accepter telle que je suis et avec qui nos relations vont être fluides et faciles.

Du coup, je garde mon énergie sociale pour ces gens là. Je chéris les moments que je passe avec eux. Je chéris les moments que je libère pour eux. Je chéris les moments qu’ils libèrent pour moi. Et par dessus tout, je suis grave reconnaissante de les avoir dans ma vie. Et je sais qu’ils/elles le savent.

*
**

Je ne pense pas que ce soit du narcissisme ou de l’égoïsme mais peu importe l’adjectif qui vous viendra en tête, je m’en bas tout ce que vous voulez.

Perso, trouver ou me donner l’occasion d’être seule fait partie de ma self care routine. C’est pour moi, une façon de prendre soin de moi et je l’assume complètement.

J’ai encore 10 bonnes raisons supplémentaires qui font que j’adore être seule, mais là, flemme de continuer. J’ai sommeil.

Portez-vous bien, et à un de ces quatre.

Des bisous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.