L’avenir du blog, la petite vieille en moi et autres surprises de la vie

Commençons par les surprises de la vie.

Je n’aime pas les surprises.

Je suis de ceux et celles qui aiment savoir comment les choses vont se dérouler et qui n’aiment pas être pris au dépourvu. Sauf quand les surprises viennent de la vie. J’ai tendance à plutôt lui faire confiance.

Je ne vous apprends rien, la vie aime bien nous mettre face à des situations inattendues. J’emploie le mot « inattendu » mais à vrai dire, elle nous envoie toujours des signes d’alerte quand on y pense.

Il y a un peu plus de 2 ans, mon mari s’est retrouvé sans emploi. Sachant que, par choix, je ne travaillais pas non plus.

On venait à peine de devenir parents lorsqu’on a appris la nouvelle. Il faut dire qu’on sentait le truc venir (la société qui l’employait coulait déjà) mais d’un autre côté on était plutôt zen (zen c’est nos deux prénoms) sur le sujet en se disait qu’il retrouverait du travail assez vite.

La première année est vite passée mais nous avons déchanté sur l’éventualité qu’il retrouve du travail à Paris et l’année dernière, nous avons quitté la région parisienne qui nous coutait plus cher qu’elle ne nous faisait du bien pour l’île d’Oléron.

On connaissait déjà, on était déjà venus plusieurs fois et on aimait l’île, alors ça nous a paru évident d’y emménager. Surtout que les parents de mon mari y habitent depuis des années.

Depuis le mois d’août, ça fait un an qu’on y habite et en un an, beaucoup de choses ont changé.

Nous avons perdu des amis (normal, c’est la vie), nous avons fait des concessions sur de nombreuses choses, vécu 8 mois chez mes beaux-parents le temps de trouver une maison.

C’était très enrichissant et plein de rebondissements. Je vous raconterai les leçons que j’ai tiré de cette cohabitation et de ces deux dernières années en général.

Ce n’était pas finalement si dramatique que ça, comparé à tout le bien qui a découlé de cette histoire.

Entre autres bonnes choses, nous avons passé deux années extraordinaires à voir notre fils grandir et à être là à chaque instant de ses premières années de vie, sans avoir la pression d’un quelconque boulot.

Un peu comme deux années sabbatiques, surtout pour mon mari qui a passé ces dernières années sans vraiment prendre de pause.

On a fini par trouver une maison, on s’est éclatés (enfin, surtout moi)  à y créer un potager, à s’en occuper (j’en rêvais d’en avoir depuis un moment) et à nous régaler des fruits de la terre.

J’ai découvert que j’aimais ça, d’avoir un potager. Et je compte réitérer l’expérience l’année prochaine.

De tout l’été, on a pas une seule fois eu à acheter des tomates ou des courgettes. Et honnêtement, le goût n’a rien à voir avec ce qu’on trouve dans les supermarchés. Moi qui n’aimais ni la tomate crue, ni les courgettes, j’ai passé cet été à les manger sous toutes leurs formes et à faire des réserves pour les soupes de l’hiver. Miam…

J’ai aussi découvert le yoga que je pratique régulièrement depuis.

Ah, je mange aussi des huitres à volonté. Les avantages de la vie sur l’île d’Oléron. Et puis, la mer les amis, la mer. Priceless.

Le cadre de vie ici est fabuleux. Pour la petite vieille qui sommeille en moi,  c’est le bonheur.

Évidemment, on s’est fait de nouveaux amis et on a aussi repris le chemin du travail.

Yes.

Avec les économies qu’il nous restait, on s’est lancé à notre propre compte. C’est fou qu’on y ait pas pensé plus tôt et qu’il ait fallu qu’on passe à deux doigts de devenir pauvres pour que l’idée apparaisse. Haha.

Comme quoi, les coups durs de la vie n’arrivent pas forcément pour nous faire du mal, mais souvent pour nous sortir de notre torpeur et/ou de notre zone de confort.

L’avenir du blog

Pour ce qui est du blog, il était question que je l’arrête suite à la création de notre activité professionnelle. Mais je ne voyais pas mon existence sans ce petit bout de toile. Même si, vues les factures que mon activité de blogueuse paie, le blog s’apparente plus à un hobby chronophage et à un  gouffre financier qu’à autre chose. 

D’un autre côté, je ne me sentais plus vraiment en phase non plus avec la vie online depuis quelques mois. J’avais l’impression de me dénaturer et de me perdre en quelque sorte pour rentrer dans le moule des créateurs de contenus digitaux.  Je reviendrai aussi sur ce sujet.

J’avais créé mon blog pour partager mes pensées et mes expériences, raconter la vie avec mes mots, sans filtres et sans pression aucune. Pas pour devenir une influenceuse. Sorry but not sorry, je n’aime pas ce terme et je ne m’y reconnais pas.

J’avais l’impression d’y manquer d’air et de m’étouffer, alors j’ai pris du recul. J’ai quitté la plupart de mes réseaux sociaux et freiné mon activité sur le seul que je considérais encore comme utile. Oui, Instagram. D’où mon retrait et mes absences répétitives durant cette année.

Cependant, contrairement à Facebook, Snapchat, Twitter — et même Instagram — qui ne me manquent pas du tout, écrire des articles sur ce bout d’internet m’a terriblement manqué, même si je n’y ai pas été prolifique ces derniers mois. 

Je crois que dans la foulée, avec les nouvelles expériences que j’ai vécu (rajoutées à celles d’être mère), ma vision des choses a évolué sur de nombreux sujets.

La petite vieille en moi

Je pense aussi, que sans m’en apercevoir, je suis entrain de devenir ce qu’on appelle communément une adulte. Guillemets avec les doigts sur « entrain de devenir ». Il fallait bien que ça arrive un jour.

En plus, à l’heure actuelle, je suis plus proche de la trentaine que de la vingtaine, même si ça ne se voit pas.  Du coup, je crois que c’est un cheminement normal.

Je porte : Pull – Asos // Pantalon – Mango // Chaussures – Na-kd

Ce texte un peu fouillis, c’est pour vous dire que je vais bien (Georges-Alexandre aussi), et vous rappeler de faire confiance à la vie, même quand elle devient dure.

Et puis il y a cette phrase que j’aime beaucoup qui dit que tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu. Absolument tout. Même ce qui semble aujourd’hui être une mauvaise nouvelle ou une perte.

Je ne pense pas arrêter de bloguer, du moins, ce n’est pas encore prévu. J’ai encore trop de choses à dire et trop d’histoires à raconter.

Des changements vont surement apparaître par ici, mais je pense que ce sera pour le mieux.

Comme les surprises de la vie.

Shop le look