Jouer avec son enfant. Ou pas.

Trysha Gaba - Fabrication maison de tagliattelles avec mon fils

Dans le monde des parents, il y a certaines choses qu’il n’est pas bon d’avouer… Comme de dire qu’on est un parent qui n’aime pas jouer.

Un jour, nous étions, mon fils et moi invités à un événement presse organisé par la marque Lego. Il y avait des briques de Lego partout et évidemment Georges-Alexandre a voulu jouer. Mais comme il y avait des hôtesses qui pouvaient jouer avec les enfants, je les ai laissé s’en occuper.

A la fin, la marque a interviewé les mamans présentes, et les questions étaient : « c’est quoi votre jeu Légo préféré avec votre enfant » « comment vous vous sentez quand vous jouez aux Lego avec votre enfant« , etc. 

Pendant quelques secondes, en voyant les autres mères répondre avec enthousiasme à ces questions, je me suis sentie un peu bizarre. J’étais la seule à me confondre en « euuuuh, c’est plutôt son père qui sait« , « non, je ne joue pas vraiment aux Lego avec lui« . Au fait je mens mal donc je dis ce qui est.

Effectivement qu’on a des Lego à la maison et que mon fils joue avec, mais je n’y avais jamais touché. J’étais presque embarrassée car je n’avais jamais joué aux Lego avec mon fils. En réalité, c’est son père qui s’occupe de la partie jeux.

Moi je n’aime pas les jeux. Jouer, ce n’est pas ma came. Et ce, depuis mon enfance. Que ce soit des jeux de société, de cartes, de ballon, de cache-cache, de course, de voitures, de princesses et j’en passe, je participais à contrecœur et plombais l’ambiance plus qu’autre chose. Aujourd’hui je sais pourquoi.

Alors, ce n’est pas étonnant que, faire rouler des voitures par terre et faire des bruits de vrombissements avec la bouche m’ennuie, faire parler des figurines avec une voix bizarre me gave au bout d’une minute et que monter des tours de Lego pour que mon fils les détruise juste après, ne soit pas ma tasse de thé non plus. C’est comme ça, je n’aime pas les jeux.

Pourtant je sais que les jeux permettent aux enfants de tisser des liens avec leurs parents et de développer leur imagination. Je sais aussi que j’ai le droit de ne pas aimer jouer.

Et par dessus tout, j’ai compris qu’il y a bien d’autres moyens de se connecter avec son enfant qui ne passent pas forcément par les jeux traditionnels.

Faire ce que vous aimez avec lui

Ce n’est pas parce que vous n’avez pas envie de vous asseoir par terre et d’amuser votre enfant pendant des plombs que vous n’aimez pas ou n’aimez pas passer du temps avec votre enfant.

Mon fils, j’aime lui faire des bisous et des chatouilles pour le faire rire aux éclats. Je ne m’en lasse pas. Et j’adore aussi partager avec lui les choses que j’aime : chanter, regarder un dessin animé, danser, faire la cuisine, lire, apprendre, faire du yoga, etc.

Il adore la lecture et moi aussi, alors on fait ça. Je mets de la musique au salon et on danse. Je le laisse mettre la main à la pâte en cuisine et le laisse se débrouiller comme un chef. S’il en a foutu partout, on nettoie ensemble. Ces activités faites ensemble nous rapprochent énormément.

Trysha Gaba - je suis une maman qui n'aime pas jouer
En pleine fabrication de tagliatelles à la betterave avec mon petit commis d’amour

Trysha Gaba - Jouer avec son enfant, ou pas

Trysha Gaba - Jouer avec son enfant, ou pas

Le regarder jouer seul (ou avec d’autres personnes) et participer de loin. 

Quand mon fils joue avec son père, lorsque je ne suis pas occupée (ou lorsque je le suis mais que je suis dans la même pièce), je les observe et n’hésite pas à encourager avec des applaudissements lorsqu’il réussit ou gagne. Je suis sa cheerleader numéro un.

Lorsqu’il joue seul, avec d’autres enfants ou d’autres personnes, je garde toujours un œil sur lui et j’interviens s’il a besoin d’aide. Je ne joue pas mais d’une façon, je suis là et je participe à son activité.

Prendre sur soi et jouer tout de même, ne serait-ce qu’un tout petit peu

Parce que je l’aime trop, et que parfois je sens qu’il a besoin que je joue avec lui, je craque. Je fais tout ce que je n’aime pas et qu’il aime pendant quelques petites minutes.

Quelques secondes parfois si le jeu me gave vraiment. Haha. Mais la plupart du temps, juste m’asseoir à côté suffit à le mettre de bonne humeur.

Peut être qu’avec les années, je vais finir par prendre plaisir à jouer. Entre nous, j’en doute fortement. Mais en attendant, je suis une maman qui n’aime pas jouer et on le vit plutôt bien.