LOADING

Type to search

Humeur du jour

Comment j’ai fini par aimer mes dents du bonheur

Trysha Mai 5
Share

J’ai toujours eu les dents du bonheur aussi loin que je m’en souvienne. Mais je ne me rappelle pas que ce fut une chose qui me dérangea petite. Je vivais tranquillement entourée d’amour, de livres et de papillons. Haha. Oui les papillons peuvent sembler too much mais je vous promets que lorsque j’étais petite, je voyais beaucoup plus de papillons que maintenant. 

La gêne est apparue au lycée quand certains de mes camarades ont trouvé intelligent de se moquer de mes dents qui n’étaient pas comme celles de la majorité et de mon sosotement.

Il n’y a pas que de ça qu’ils se sont moqués. J’ai eu aussi droit à “fesses plates”, “gros front”, “tcheketouri”, “miss lolo” et d’autres jolis surnoms dans le même genre à te faire te sentir mal dans ta peau, surtout à cet âge. Mais le foutage de gueule sur mes dents écartées a été la seule moquerie qui m’aie vraiment affectée.

Depuis toute petite, je suis du genre à ne pas donner du crédit à ce que les gens peuvent penser de moi mais à force de les entendre rire de ça, j’ai commencé à vraiment détester mes dents.

C’est là où j’ai demandé à ma mère si je pouvais “coller mes dents” pour qu’elles ressemblent à celles des autres. Ce à quoi elle a répondu que mes dents étaient jolies comme elles étaient et qu’en plus elles étaient spéciales parce que les personnes qui avaient ces dents avaient la chance qui les accompagnait toute leur vie.

Malgré ces explications plutôt réconfortantes, j’ai décidé d’arrêter de sourire. Pour que les gens ne voient plus mes dents. J’étais persuadée que si je parlais moins et que je souriais moins, plus personne ne se moquerait de moi et que j’irai voir un dentiste qui me “collera mes dents” une fois grande.

Les moqueries des gens plantent la graine du doute en toi et même le jour où tu te crois à l’abris, il va y avoir un moment de stress où le doute va germer. C’est un combat de tous les jours pour s’aimer pleinement et ne pas faire attention aux jugements des autres. Pire lorsqu’il s’agit de notre physique.

Heureusement qu’avec le temps, ma mère m’a aidé à assumer mes dents à force de me dire tout le temps qu’elles étaient belles. 

Un jour, elle m’a dit que si quelqu’un se moquait encore de mes dents du bonheur, que je ne devais pas laisser faire. Je pense que j’étais en terminale quand j’ai répondu à ces moqueries. 

Je pris mon air “je m’en fous de ce qui va se passer après mais celle là vous l’aurez cherché” et je leur ai répondu : “J’ai les dents écartées. Je le sais, je le vois mais c’est comme ça que j’ai été faite. Je ne l’ai pas choisi. Maintenant, laissez moi vous poser une question : en vous moquant, ça va les changer ou vous pensez que vous moquer de moi va faire grossir les petits pois que vous avez à la place du cerveau?” 

Je crois que c’était la dernière fois que j’avais eu à supporter ce genre de remarques venant de ces sombres idiot(e)s en face.

 Après le lycée, même si j’ai commencé à apprendre à aimer ces dents, elles partaient en avant car j’ai sucé mon puce quand j’étais petite. Donc j’ai dû, pendant un moment, porter un appareil dentaire à l’université pour corriger cela.

Du coup, je n’offrais que le strict minimum quand il s’agissait de sourire ou de parler en public. L’habitude de ne pas montrer mes dents était restée. Même après, lorsque je ne portais plus d’appareil dentaire. Et je n’avais plus ma mère tout le temps sur le dos pour me dire : “oh la la, souris ma fille”.

Puis un jour, j’ai rencontré une personne qui en une phrase a ôté à jamais ce mal-être en moi. Je travaillais déjà sur moi même pour les accepter complètement mais il a fallu entendre qu’une autre personne que ma mère et autre que moi-même me le dise pour complètement les assumer.

Cette personne m’a dit une phrase toute banale : C’est dommage que tu ne sourisses pas souvent parce que j’adore ton sourire. Ce à quoi j’ai répondu que je n’aimais pas montrer mes dents. Sa réponse a été magique. Cette personne m’a répondu : “tes dents sont magnifiques“.

L’effet de cet phrase fut comme dans les dessins animés Disney lorsque le héros ou l’héroïne est délivré d’un mauvais sort. Je ne sais pas si cette personne le pensait sincèrement ou si elle l’avait dit juste pour me faire plaisir mais ça a eu un effet libérateur sur moi. 

Depuis, j’ai enlevé l’idée de me “coller les dents” de ma tête et quand je me regarde sourire dans le miroir, j’aime l’image de moi que je vois. J’aime mes dents du bonheur.

Je vais surement me faire reposer un appareil dentaire plus discret pour finir d’aligner mes dents mais aujourd’hui, je n’ai plus aucune honte à sourire et à monter mes dents.

[df_divider el_width=”100″ style=”solid” accent_color=”#f7898e” border_t_width=”2px” padding=”20px 0″ position=”align_center” el_class=””]

Si vous luttez pour vous accepter physiquement en ce moment, j’aimerais vous dire ceci.

[df_divider el_width=”100″ style=”solid” accent_color=”#f7898e” border_t_width=”2px” padding=”20px 0″ position=”align_center” el_class=””]

Si vous avez une partie de votre corps que vous n’aimez pas, cherchez à savoir pourquoi vous ne l’aimez pas. Si ça vous handicape et porte atteinte à votre santé d’une manière ou d’une autre, vous seule savez ce qui est bien pour vous. Allez voir un médecin ou un spécialiste et faites lui part de vos soucis. Ou parlez en a quelqu’un de confiance.

En revanche, si ça ne vous handicapait pas avant que les gens ne pointent cette partie de votre corps du doigts en vous faisant des remarques dessus, passez outre.

Pour ce qui est de ne pas se laisser toucher par les moqueries des autres, je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire. La preuve, ça m’a pris une dizaine d’année pour accepter complètement l’idée de ne pas “coller mes dents” de devant.

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir des gens qui leur donnent confiance en eux et les aide à s’aimer entièrement avec leurs soit disant défauts, mais j’espère qu’en lisant cet article, vous allez travailler sur vous pour passer outre.

Aimez cette partie de votre corps car elle fait partie de vous. Entourez vous de personnes positives. Restez le plus loin possible de celles qui vous donnent l’impression de ne pas être assez bien et de ne pas avoir un physique parfait. Ne donnez pas le pouvoir aux gens de vous traiter mal. Et si vous ne pouvez pas les éviter, remettez-les à leur place. 

Pour moi c’était mes dents. Pour vous c’est peut être vos seins, vos vergetures, votre cellulite, vos cheveux, vos cuisses, vos jambes, votre ventre, vos bras, et j’en passe. Tout ça parce qu’ils ne sont pas comme ceux qui sont montrés comme standards de la société.

Votre corps peut être couvert de 1000 vergetures mais ça ne vous rend pas moins bien qu’une autre. Ce n’est pas parce que vous ne ressemblez pas à tout le monde que vous êtes moins humaines. Vous êtes magnifiques comme vous êtes. Vous méritez qu’on vous aime, qu’on vous respecte et qu’on ne se moque pas de votre corps. 

Ah, une chose aussi. Si la société arrive par des moqueries ou des remarques désobligeantes, à vous faire détester une partie de vous même et que vous la changez au prix d’un très grand sacrifice, sachez que la société est une grande joueuse.

C’est le jour où vous l’aurez changé pour être dans la norme qu’elle va décider que la norme actuelle, c’est ce que vous étiez avant de changer.

Prenons l’exemple simple des tâches de rousseur. Quand j’ai vu ça devenir une tendance, j’ai pensé “WTF, et dire qu’il y a quelques années lorsque tu avais des tâches de rousseur tu devais les cacher”. Bref. Soyez vous et assumez vos “imperfections” ou faites ce que vous voulez, mais ne le faites pas pour plaire aux autres si ce n’est à vous même. 

S’aimer est une des choses les plus difficiles au monde mais quand vous y arriverez, vous verrez que ça vaut le coup.

S’il y a bien une phrase que j’aime par dessus tout et qui conclue bien cet article sur l’acceptation de soi, c’est celle de Marc Aurèle qui disait : “que la force me soit donnée d’accepter ce qui ne peut être changé, le courage de changer ce qui peut l’être, mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre“.

Puissiez-vous avoir la sagesse de distinguer l’un de l’autre. 

Et souriez, la vie est belle. 😉

Enregistrer

Tags:

15 Comments

  1. Dairing Tia 9 juin 2017

    Hello Trysha !
    Je découvre ton blog avec un bel article comme celui-ci et j’en suis contente ! L’acceptation de soi est sûrement l’un des sujets phares ces dernières années, et ce que tu as vécu parle pour beaucoup aujourd’hui.
    J’ai toujours été fascinée par les dents du bonheur (dont celles de mon petit frère), et je trouve ça dommage quand elles ne sont pas aimées… C’est une autre différence, une autre beauté pourtant !

    Répondre
  2. Stéphanie 30 mai 2017

    La personne qui t’as dit la phrase magique a raison : tu as un très beau sourire !

    Répondre
    1. Trysha 30 mai 2017

      Merci beaucoup. 🙂

  3. Lady Zorro 30 mai 2017

    Coucou ma belle Trysha 🙂

    J’ai été moi-même atteinte par les dents du bonheur lol!
    J’ai été voir le dentiste à 8 ans, qui m’a conseillé un appareil dentaire, je suçais encore mon pouce. Je ne l’ai pas écouté et j’ai continué de sucer mon pouce, jusqu’à… 19 ans mdrrr.
    Résultat des courses : plus de dents du bonheur, des dents collées.
    Bref, comme quoi il ne faut pas toujours écouter les dentistes lol

    Tes dents sont juste superbes et j’aurai aimé avoir le même sourire que le tien à a Vanessa Paradis 😀 <3

    Des bisous
    Sarah
    http://ladyzorro.fr

    Répondre
    1. Trysha 30 mai 2017

      Merci Sarah. 🙂

      Ma mère aimait beaucoup Vanessa Paradis et elle s’en servait comme exemple pour me dire que c’était beau les dents du bonheur. Haha.

      Tu as perdu ta fente juste avec un appareil dentaire? Elle devait être petite. Moi il fallait une opération plus poussée que ça. L’appareil dentaire c’était pour empêcher mes dents d’avancer.

      En tout cas, je suis contente de ne plus avoir envie de les changer.

      Bisous ma belle.

  4. Simoneseaka 30 mai 2017

    Intéressant cet article. Mais en toute sincérité j’ai jamais su que cela pouvait être un sujet de moqueries mais bien au contraire. Ma mère à la même marque mais la prend en bien. Pour elle c’est un signe de beauté. Personnellement j’ai subi des moqueries pareilles mais à cause de mon nez. De la 6è en 3ème on me surnommait gros nez car j’ai un nez épaté ou africain comme les gens se plaisent à l’appeler. Il m’est d’ailleurs arrivé de vouloir situé les responsabilités génétiques de aspect de moi. Mais aujourd’hui plus de complexes. Je me suis totalement acceptée et me trouve parfaite ainsi.

    Répondre
    1. Trysha 30 mai 2017

      Ah, cette histoire de nez. Je connais aussi mais ça ne m’a pas touché plus que ça. Je le trouvais très beau mon nez. Haha.

      Au collège et au lycée, les enfants peuvent être très méchants envers d’autres juste parce qu’ils n’ont pas les mêmes attributs physiques. C’est juste un manque d’éducation de leur part et ça nous touche parce que c’est à cet âge qu’on construit notre confiance en nous même et si ça arrive avant qu’on accepte l’idée d’être bien avec ce que la nature nous a donné, eh bien on flanche. On se compare et on veut ressembler aux autres.

      Heureusement qu’on en est plus là 😉

      Aujourd’hui tout comme toi, quand je regarde mon visage, je me dis que tout est en harmonie et à sa place : mon gros front, mon nez, mes dents. Tout. 🙂

      Bisous ma belle et merci pour ton commentaire.

  5. VivI D 29 mai 2017

    J’ai beaucoup aimé l’article. J’ai presque subi la même chose. Au collège ,en 6ème surtout, on se moquait de moi pour mes gros lolos. J’en ai tellement souffert que je me disais que je serai riche et je me les referai .
    Après quand j’ai commencé par pousser des hanches c’est pour me dire que j’ai des ” yovogbi” c’est à dire des fessses plates comme celles des blanches; pour d’autres, c’est fesses molles.
    Je pense comme tu l’as souligné, que l’essentiel c’est de s’accepter, et de se sentir bien dans sa peaux. Les “normes physiques ” évoluent au fil du temps . Quand je me regarde dans la glace, je reconnais que j’ai de belles formes et que du reste,je m’en fous.
    Bisous

    Répondre
    1. Trysha 30 mai 2017

      C’est exactement ça ma belle. Tu as tout dit.

  6. Akofa 29 mai 2017

    Superbe cet article! Tu es belle juste comme t’es!Ne change rien!

    Répondre
    1. Trysha 30 mai 2017

      Non, je ne compte plus rien changer. ^_^ Merci beaucoup 🙂

  7. Renée, Toutes Belles 29 mai 2017

    Très beau témoignage plein de bonnes ondes que tu partages là !
    Tu as un très joli sourire et cela aurait été dommage de continuer à ne pas sourire ! perso je trouve que les dents du bonheur c’est charmant (mais on a toutes nos complexes et s’affranchir du regard/jugement des autres est parfois difficile …)
    Bonne journée

    Répondre
    1. Trysha 30 mai 2017

      Je pense aussi que ça aurait été dommage. ^_^

      Merci beaucoup pour ton commentaire. 🙂

      Bisous

  8. Mademoiselle Kah 29 mai 2017

    Bel article sur l’amour de soi! Ce n’est pas évident d’aimer tout ce qu’on est mais quand on y arrive, on s’affranchit pour de bon du regard des autres et des diktats de la société. Je confirme que tu as un joli sourire

    Répondre
    1. Trysha 30 mai 2017

      Merci beaucoup Mademoiselle Kah 🙂

      Bisous

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *